Association Nationale des Anciens Combattants

et Ami(e)s de la Résistance


Comité de Morestel & Nord Isère

Amicale des Maquisards d’Ambléon et des Résistants Actifs (A.M.A.R.A.)

Actualités







Comme chaque année qui n'est pas de congrès national, le Conseil national de l'ANACR s'est réuni le 9 novembre dernier à la Résidence Internationale de Paris, avec 74 participants venus de 39 départements.

La séance du matin fut ouverte à 9h30 par Louis Cortot Président national, ayant à ses côtés, Henriette Dubois et Pierre Martin, Présidents, Anne Friant-Mendrès, Anne-Marie Montaudon, Martine Peters, Robert Foreau-Fenier et Jacques Weller, vice-présidents, Jacques Varin, secrétaire général, Jean-Paul Bedoin secrétaire général adjoint.

Louis Cortot évoqua tout d'abord la disparition, depuis la réunion du Conseil national du 25 novembre 2015, de camarades dirigeants de l'ANACR : Paul Limouzi du Lot-et-Garonne, membre du Bureau National ; Jean Grazon de l'Indre, membre honoraire du Bureau National. Max Barbancey des Alpes Maritimes, Michel Duval du Pas de Calais, Eliane Mezy des Bouches-du-Rhône, Marc Parrotin de la Creuse, Membres du Conseil national ; Gilbert Coulon de l'Indre, Michel Delugin de Libération Nationale P.T.T. ; Camille Dogneton de Charente, Pierre Druard du Val-de-Marne, Jean Loche de Corrèze, Pierre Montes du Lot-et-Garonne, membres honoraires du Conseil national. Roger Roudot de l'Hérault, membre de la Commission Nationale de Contrôle Financier. Une minute de silence est observée.

Dans son intervention liminaire, Louis Cortot rappelle que "notre pays a connu cette année 2016 à nouveau des attaques terroristes dramatiques, les menaces sont persistantes, des remises en cause de nos valeurs démocratiques, celles de la République, celles de la Résistance, se sont accentuées y compris ces derniers temps, l'extrême-droite a progressé et est menaçante dans la perspective des présidentielles ; les sondages sont à cet égard préoccupants.

Je rappelle aussi que notre congrès de Brive-la-Gaillarde a donné comme axe stratégique de notre action dans la durée "la poursuite du combat des Résistants contre le fascisme".

Comment nous positionner dans le contexte actuel sur ces problèmes, quelle peut être notre action et les moyens de cette action ? Des questions que nous devons nous poser, dans le contexte actuel, en ayant toujours à l'esprit ce que nous sommes: une association qui vise non à être l'expression d'une petite minorité avant-gardiste voire isolée, mais à rassembler dans nos rangs, le plus largement possible , comme le fit la Résistance, des femmes et des hommes, de toutes opinions démocratiques, de la gauche à la droite dans la lutte contre les résurgences du fascisme, la xénophobie, les remises en cause de la démocratie et des libertés. Notre combat doit s'appuyer sur ce qui est notre arme principale, sinon unique, le passage de la mémoire des valeurs, de l'expérience et des luttes de la Résistance, en nous efforçant d'être audibles du plus grand nombre parmi la population.

Cela ne résume pas tout le combat. Pour les autres aspects, les Partis politiques, les syndicats ou d'autres associations offrent dans leur diversité un cadre adéquat mais extérieur à l'ANACR à celles et ceux qui, et c'est leur droit, les privilégieraient car n'étant pas un parti politique, il y a des réponses à des questions légitimes que nos adhérents, par ailleurs citoyens, ne pourront trouver dans l'ANACR, car elles ne pourraient être consensuelles de son pluralisme statutaire…"

L'intervention introductrice de Jacques Varin analyse le contexte de notre action, surdéterminé par la période préélectorale mêlant tout à la fois les problèmes du terrorisme, la xénophobie exacerbée par le problème des migrants, les questions sociales et économiques … Il rappelle la permanence depuis la fin du 19ème siècle des thèmes xénophobes. Fut abordé, en ayant conscience de son caractère prématuré, car ne sachant pas quels seront les deux "finalistes", la question de l'expression de l'ANACR, les éventuelles questions à poser aux candidats, etc.

Une réflexion se développera sur l'évolution du Concours National de la Résistance et de la Déportation, hypothéquée par la volonté de relativisation du rôle des Associations manifestée par les Pouvoirs publics.

Sources: Le Journal de la Résistance Décembre 2016


Dernière mise à jour le 31 août 2017-09:47:47

Mentions légales - © ANACR Morestel 2010 - 2017

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager par e-mail

Conseil national de l’ANACR - 9 novembre 2016

Accueil
Accueil Qui sommes-nous Le Mot de la Présidente Nous rejoindre Contact Communiqués ANACR Exposition Liens utiles Lieux de Mémoire Bibliographie Historique Biographies Photothèque Accès Forum