Association Nationale des Anciens Combattants

et Ami(e)s de la Résistance


Comité de Morestel & Nord Isère

Amicale des Maquisards d’Ambléon et des Résistants Actifs (A.M.A.R.A.)

Historique


Elle comprend en 1940 avant l'invasion allemande de mai/juin 1940 trois entités :

La Garde Républicaine (3000 hommes) implantée à Paris, la gendarmerie départementale (26000 hommes répartis en 26 légions de 4800 brigades métropolitaines) et la Garde républicaine mobile (21000 hommes répartis en 14 légions).

La défaite de 1940 et la division de la France en deux zones va entraîner la disparition de la Garde républicaine mobile en zone occupée et sa réduction à 6000 hommes en zone Sud. Elle devient "la Garde" en 1941, et participera au maintien de l'Ordre.

Le 18 février 1943, un décret réorganise la Garde républicaine à Paris, devenue la "Garde de Paris", forte de 2933 hommes dont 776 cavaliers. Sous les ordres d'un chef de Légion, elle est mise à la disposition de Paris, démilitarisée et devient un élément de police.

La gendarmerie départementale, 8000 hommes en zone Nord, 13.000 hommes en zone Sud, sera rattachée directement au chef du Gouvernement Pierre Laval par une loi du 2 juin 1942. Elle passera directement sous l'autorité du ministre de l'Intérieur après l'invasion de la zone Sud

Les effectifs vont être répartis dans 23 légions portant des noms de Provinces : ainsi la 1ère légion, dont le siège est à Lille, sera la Légion des Flandres, la 12ème dont le siège est à Limoges est la Légion du Limousin…

Les gendarmes vont être impliqués dans la politique répressive du Gouvernement pétainiste, ils participent à la garde des camps d'internement des indésirables (communistes internés administrativement, Juifs étrangers, réfractaires au S.T.O. …), ils participent à la surveillance de la population, à la traque des Résistants. Début 1944, ils sont de plus en plus souvent sollicités de participer aux côtés de la Milice et des Allemands aux actions contre les maquis.

Cependant, nombreux sont les témoignages concernant les gendarmes des brigades locales qui rapportent des actes de Résistance de certains d'entre eux: information des maquisards d'opérations répressives en préparation, fourniture de ravitaillement, d'armes et quand elle éclatera, participation à l'insurrection libératrice.

Sources: Le Journal de la Résistance - Mars 2017


Dernière mise à jour le 31 août 2017-09:47:48

Mentions légales - © ANACR Morestel 2010 - 2017

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager par e-mail
Accueil Qui sommes-nous Le Mot de la Présidente Nous rejoindre Contact Communiqués ANACR Exposition Liens utiles Lieux de Mémoire Bibliographie Historique Biographies Photothèque Accès Forum
Retour

La Gendarmerie Nationale