Association Nationale des Anciens Combattants

et Ami(e)s de la Résistance


Comité de Morestel & Nord Isère

Amicale des Maquisards d’Ambléon et des Résistants Actifs (A.M.A.R.A.)

Historique

La Pension Lévine à Crémieu

Voici une activité qui fait honneur à la Cité de Crémieu. Cette activité se différencie de la Résistance de type classique, parce qu’elle n’a rien de militaire, mais fait appel aux valeurs morales et de solidarité sans être moins dangereuse pour ceux qui les ont pratiquées:

Une quarantaine de jeunes enfants juifs, âgés de 3 à 12 ans, dont certains tout particulièrement recherchés par la Police de Vichy pour avoir été extraits in extrémis et par astuce du camp de Vénissieux alors qu'ils devaient être déportés et assassinés avec leurs parents, ont trouvé refuge à la pension Lévine à Crémieu, mélangés à d'autres enfants. Aucun n'a eu à souffrir si ce n'est d'être séparé de ses parents puis devenir orphelins mais ça ils ne l'ont appris que plus tard quand l'Allemagne vaincue a dû se rendre sans conditions et que les alliés ont découvert l'étendue des assassinats commis par les nazis.

Pourquoi ?

Il faut savoir que depuis des siècles, les Juifs étaient persécutés pour toutes sortes de raisons, partout où ils se trouvaient dispersés. Le peuple juif dès l'antiquité constituait une particularité par sa religion : le monothéisme1 et les pratiques qui en découlaient heurtaient les pratiquants d'autres religions. Pour protéger cette particularité, les Juifs ne s'intégraient pas dans les nombreux pays où ils étaient dispersés constituant des communautés jugées peu sûres lors des conflits. Par la suite, le christianisme, issu du judaïsme est entré en conflit avec sa religion d'origine. Au IVème siècle, l'empire romain adopte le christianisme donnant à ce dernier des moyens puissant contre le judaïsme et il ne s'en est pas privé ! Ces persécutions pouvaient être violentes conduisant à des massacres mais restaient localisées en temps et en lieux.

Les Juifs, dont la religion n'interdisait pas l'usure2, à la différence des autres religions monothéistes (Christianisme et Islam), pouvaient, aidés dans le commerce international par leur diaspora, acquérir des fortunes importantes, très prisées par les rois quand leurs finances étaient au plus bas surtout au moment des conflits. On taxait ou on chassait les Juifs en confisquant leurs biens, puis on les faisait revenir pour pouvoir recommencer. Tous les Juifs n'étaient pas riches, peu s'en faut, mais ils étaient considérés comme une entité.

Très souvent, interdits de posséder des terres, ils avaient des métiers ambulants, favorisant de surcroît des départs anticipés.

C'est le nazisme qui, il y a quelques dizaines d'années, vers 1930, a voulu et organisé leur destruction totale, heureusement sans y parvenir. Les nazis, aidés par les instances locales collaboratrices des pays envahis, et par un antisémitisme populaire latent issu du christianisme depuis des siècles et au XXème siècle des théories et de la sélection, tirées des publications de Darwin, ont tué près de 6 millions de Juifs y compris des vieillards, des femmes et des enfants.

En France où le nombre des rescapés est relativement plus élevé que dans les autres régions (75% de rescapés), il y a quand même eu 70.000 disparus dont 11.000 enfants.

Les querelles issues de l'affaire Dreyfus n'étaient pas effacées. Vichy et l'armée tenaient leur revanche et pouvaient se dédouaner de la défaite de 1940.

En Pologne et en Russie, pays qui avaient les plus fortes populations juives (respectivement 3 et 1,5 million) c'est plus de 90% qui ont été exterminés. En Pologne, près de 400.000 ont disparu dans les ghettos, 500.000 dans les exécutions de masse et 1.800.000 dans les centres spécialisés de mise à mort.

Revenons à notre pension de Crémieu.

Le plus surprenant quand on sait ce qui s'est passé aux alentours, en France, c'est de découvrir que rien n'était dissimulé à la pension Lévine. Comme vous pouvez le voir sur le dépliant publicitaire largement distribué dans les environs et jusqu'à Lyon, cette pension était tout ce qu'il y avait de plus officiel.

Inimaginable, le cahier d'inscription à la pension comporte les noms réels des enfants et des parents, noms et prénoms qui révèlent sans contestation l'origine juive, s'y trouve aussi mentionnés leur lieu de naissance, leur âge, l'adresse des parents ainsi que leur métier, de quoi envoyer tout ce monde en déportation avec la famille Lévine, elle-même d'origine juive.

Les enfants n'étaient pas cloîtrés, accompagnés des filles Lévine, Germaine et Odette, ils allaient quand le temps le permettait à l'étang de Ry qui à cette époque était équipé pour la baignade et très fréquenté. Comment pouvaient-ils avoir des tickets d'alimentation pour tout ce petit monde ? Il fallait bien qu'ils soient déclarés officiellement. Le Résistant Maurice Repellin se rappelle qu'il livrait quotidiennement un bidon de lait devant la pension et récupérait le vide déposé la veille, il savait aussi que parmi les enfants de la pension, il y avait des Juifs.

On nous dit aussi que la milice locale avait sa salle de réunion dans la maison en face. Une des filles, qui a séjourné à la pension, se rappelle y avoir vu des Allemands, nous avons aussi appris qu'un Allemand entendant les enfants jouer dans la cour, venait les voir et caressait la tête de l'un ou l'autre en regrettant de ne pouvoir le faire avec ses propres enfants restés en Allemagne !

Pourquoi cette singularité crémolane ?

Le docteur Lévine avait la réputation de compétence et de grande générosité (il lui arrivait de ne pas se faire payer et même de laisser un billet chez les plus démunis). Il est probable que sa mort soudaine (crise cardiaque) survenue fin 1939 soit due à un excès d'activité. En plus de sa clientèle locale, il s'était porté volontaire pour soigner les soldats présents au Jonchay qui n'avaient pas de médecins militaires. L'attitude des Crémolans était-elle de la reconnaissance ? Sa veuve Marthe, née Lévy, pour survivre avec ses 4 jeunes enfants, a décidé d'équiper leur grande maison en pension pour enfants. Les survivants, contactés, gardent un très bon souvenir de leur séjour mais n'expliquent pas d'avoir eu plus de chance que les enfants de la colonie d'Izieu.

André Appriou

1 Religion qui n’admet l’existence que d’un dieu unique. (Le monothéisme est l’affirmation fondamentale des trois grandes religions méditerranéennes, le judaïsme, le christianisme et l’islam).

2 Sous l’Ancien Régime, le mot usure désignait toute forme de prêt à l’intérêt, sauf pour financer un investissement productif. Le prêt à intérêt a entièrement été libéré en 1790, et par la suite le mot usure a pris le sens de prêt avec un taux d’intérêt abusif.


Dernière mise à jour le 31 août 2017-09:47:47

Mentions légales - © ANACR Morestel 2010 - 2017

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager par e-mail
Accueil Qui sommes-nous Le Mot de la Présidente Nous rejoindre Contact Communiqués ANACR Exposition Liens utiles Lieux de Mémoire Bibliographie Historique Biographies Photothèque Accès Forum
Retour